Adhérez en ligne !
 
 
 
 
 
 
 

INGÉNIEUR.E ? C' POUR MOI ! " EVENEMENT VIRTUEL Actualités Jeunes ingénieur(e)s : candidatez aux Trophées des ingénieurs du futur 2021

C’est avec une grande émotion que j’écris ces lignes.

Même si je savais Claudine Hermann malade, très malade, et si je me disais depuis quelques semaines que la bataille qu’elle livrait contre une maladie sournoise et agressive, ne serait peut-être pas gagnée, j’ai été surprise d’apprendre son décès samedi 17 juillet.

En effet, malgré quasiment un an de traitements et séjours hospitaliers Claudine a maintenu son activité en faveur de la promotion des femmes scientifiques avec le même engagement, jusqu’à ses dernières forces.

Lors de la cérémonie funéraire à laquelle j’assistais jeudi dernier, avec une délégation de Femmes Ingénieures, pour lui rendre un dernier hommage, j’avais du mal à croire que celle avec laquelle j’échangeais encore par E-Mail une semaine avant sa mort, nous avait quitté pour toujours.

Claudine était un modèle pour toutes celles et tous ceux, qui sont engagés pour encourager les filles à étudier les sciences et à promouvoir les femmes scientifiques.

Physicienne brillante et engagée dans le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes, elle fût la première femme nommée professeure à l’Ecole polytechnique en 1980.

Compagne d’engagement, elle n’a eu de cesse de s’engager pour les droits des femmes scientifiques. Adhérente de longue date de notre association Femmes Ingénieures, elle crée l’association Femmes & Sciences en 2000, pour œuvrer plus particulièrement en faveur des femmes dans le monde de la recherche. Depuis, nos associations amies, ont partagé bien des projets, bien des batailles, auxquelles se sont aussi associées nos amies de femmes & maths.

C’est tout naturellement que Femmes Ingénieures rejoint l’European Platform of Women Scientists (EPWS) également crée par Claudine, en 2005.

Claudine Hermann était rigoureuse, courageuse, engagée avec constance et sans concessions, mais également posée et modérée, fidèle, tellement généreuse et empathique.

Combien de jeunes filles mais aussi garçons, qui ont pu bénéficier de ses encouragements, de son expérience - elle était engagée en soutien scolaire bénévole et capable de remettre à niveau des collégien.ne.s ou lycéen.ne.s, après avoir enseigné à l’école Polytechnique !

Combien de vocations crées, de projets soutenus !

Je garde le souvenir de nos échanges lors de réunions au MESRI ou sur des salons, où son mari Jean-Paul l’accompagnait bien souvent.

Claudine était aussi le centre de la famille, autour de laquelle se rassemblaient ses 3 fils, ses 3 belles-filles, ses 7 petits-enfants et auxquels nous adressons nos plus sincères condoléances.

Les mots me manquent pour dire notre peine et le vide immense que laisse Claudine Hermann, au sein de la communauté des hommes et des femmes engagés pour la place des femmes dans les sciences.

Nous serons là pour continuer à porter cette cause, Claudine, tu peux compter sur nous.

Repose en paix. Merci pour tout.

 

 

Aline Aubertin

Présidente de Femmes Ingénieures

 

Retour